dimanche 1 juillet 2012

LE MYSTERE des MEGALITHES de la forêt de Fougères


Les mégalithes de la forêt de Fougères


                                                       TROISIEME VOLET








Des monuments encore et toujours énigmatiques





Peu de monuments ont fait couler autant d’encre que ces fameux mégalithes, sans compter toutes les légendes transmises oralement et qui gravitent autour de leurs origines, un trésor n’est jamais bien loin, à défaut le diable et ses acolytes y sont pour quelque chose... La Pierre du Trésor et la Pierre Courcoulée n’ont pas échappé à la règle, néanmoins que sait-on vraiment sur ces mégalithes ?


La Pierre Courcoulée.


S’agit-il bien de dolmens ?

Si d’ordinaire on parle de dolmen, le terme n’a rien de scientifique, au contraire. Depuis la fin du XVIIIe siècle, les monuments mégalithiques sont qualifiés de noms bretons. Outre menhir qui désigne les pierres dressées seules, le terme dolmin aurait été inventé par Théophile-Malo de La Tour d'Auvergne (1743-1800) dans ses Origines gauloises (1792-1796):le "Premier Grenadier de la République", célébré pour ses participations aux guerres révolutionnaires et napoléoniennes,se passionnait pour les langues celtiques. Par la suite, on utilisa le pluriel dolmen pour les structures plus complexes.




 


Si les érudits bretons estimaient que l’Armorique était la terre de prédilection de ces monuments, depuis les historiens et les archéologues ont montré que le mégalithisme concernait des régions aussi diverses et éloignées que les Balkans, l’Espagne ou les pays Scandinaves. Dès lors, les qualificatifs bretons n’avaient plus de pertinence. Aujourd’hui on distingue plusieurs structures. Ainsi, les menhirs sont des stèles, voire des alignements en fonction de leur nombre. Les dolmens sont divisés en plusieurs groupes : allées couvertes (comme les mégalithes de la forêt de Fougères), sépultures mégalithiques, dolmens en V... La typologie étant établie en fonction de la disposition des « pièces »  (chambre, couloir...) et des entrées (latérales ou non). Toutefois, étant donnés les vestiges en place, il est parfois bien délicat d’affirmer que tel ou tel dolmen relevait de telle ou telle catégorie. Enfin, il existait des ensembles encore plus imposants : les tertres tumulaires, monuments en terre ou pierres recouvrant parfois des structures, on peut les opposer aux cairns, uniquement faits de blocs ou de moellons.



 


Druides et Gaulois n’y sont pour rien












 Le Cordon dit des Druides



Il existe aussi une autre confusion : la datation de ces monuments. Si une célèbre bande dessinée a diffusé l’idée que les Gaulois et les menhirs étaient contemporains, le mouvement est bien plus ancien. En se limitant à la forêt de Fougères, une telle confusion se retrouve derrière les noms du Cordon des Druides ou du Carrefour de la Serpe d’Or. Les érudits bretons des XVIIIe – XIXe siècles estimaient que ces pierres remontaient à l’époque celte, on se limitera à rappeler ici le titre de l’ouvrage de Théophile de La Tour d'Auvergne : Origines gauloises ; et il est loin d’être le seul à avoir réalisé une telle assimilation. La « preuve » se trouvait dans La Guerre des Gaules (livre VI, chap. 16) de César lui-même : « Toute la nation gauloise est très superstitieuse ; [les Gaulois] ont recours pour ces sacrifices au ministère des druides ».  Il ne restait plus qu’à trouver des traces de ces sacrifices sur les mégalithes, les traces d’érosion devinrent des  rigoles d’écoulement et des déversoirs prêts à accueillir le sang de victimes humaines, Danjou de La Garenne concluait que ces monuments de pierres servaient aux « sacrifices sanglants des Druides. »



       Dès le début du XXe siècle, certains auteurs émirent des doutes, au niveau local, Émile Pautrel rejetait tout lien entre les druides et les mégalithes. Aujourd’hui, l’archéologie a démontré que ces derniers commencent à apparaître dès le VIe millénaire avant notre ère et disparaissent v. 1500 av J.-C., bien avant donc que la civilisation des Gaulois ne se développe.















Des mégalithes du Néolithique


Il est bien souvent difficile de dater les dolmens. On peut pour cela s’aider d’éventuelles découvertes archéologiques ou dresser une typochronologie, c’est-à-dire dater les édifices en fonction de critères d’apparence et/ou morphologique.


Les deux mégalithes de la forêt de Fougères auraient livré des objets permettant un début de datation. Ainsi, malgré les diverses fouilles sauvages menées autour de la Pierre Courcoulée, des « anneaux bretons » auraient été mis au jour, remontant au Néolithique final (2500 av. notre ère). Sous la Pierre du Trésor, lors des restaurations menées à la fin des années 1930, on découvrit « trois débris de vases gallo-romains », ce qui allait assez bien avec les hypothèses druidiques et celtiques encore en vogue dans certains milieux. Dans les deux cas, il faut tout d’abord se demander si les objets ont été déposés lors de l’élévation du monument, ou pour le moins s’ils sont contemporains. Pour la Pierre Courcoulée, les objets découverts correspondent avec les éléments de typochronologie. Par contre, on demeure perplexe pour les débris de céramiques gallo-romaines de la Pierre du Trésor, il aurait été intéressant de les retrouver pour proposer une nouvelle datation. On peut envisager au moins deux hypothèses, soit les découvreurs se sont trompés dans la datation, soit les vestiges sont effectivement gallo-romains et dans ce cas il y aurait eu un réemploi du mégalithe bien après son édification. Les deux options se valent, car dans le premier cas, force est de reconnaître que les recherches sur le Néolithique breton étaient peu avancées il y a un siècle;quant à la présence des Gallo-Romains en forêt de Fougères, les indices sont multiples (voie romaine, fermes, traces de cadastration (?), tegulæ...).














L’autre approche pour dater les monuments est donc la typochronologie. Ainsi malgré le piètre état de conservation, la comparaison avec d’autres monuments peut apporter un début de réponse, qui ne demande qu’à être confirmé ou infirmé par de futures études. Pour la Pierre du Trésor,  dont l’essentiel est à terre, on peut probablement parler d’un dolmen simple, il devait s’agir d’une chambre sans couloir, avec seulement une table et ses piliers. La datation reste difficile, les archéologues estiment que, dans certains cas, ces monuments pourraient être tardifs. Quant à la Pierre Courcoulée, il semble que l’on ait à faire à un dolmen en allée ou plutôt une allée couverte, comprenant à l’origine un vestibule d’entrée, puis une chambre. Une telle organisation renverrait au Néolithique final.














Quels sens donner à ces vestiges ?













Outre l’attribution sacrificielle aux druides, les mégalithes ont éveillé les imaginations. On ne peut passer en revue toutes les théories, depuis les plus farfelues ou plus plausibles : astrologiques, cultuelles, religieuses... Nous nous limiterons aux hypothèses les plus crédibles et tenterons d’en déterminer les implications sociales.

 Protégée par un tertre fait principalement en terre, la Pierre Courcoulée avait vocation
 à accueillir les  corps des membres de l'élite sociale et locale.( cl. J. Bachelier)


Les mégalithes semblables à ceux de la forêt de Fougères avaient un rôle religieux. Tout d’abord au plan cultuel et de la mémoire des ancêtres, s’ils remontent bien au Néolithique final, les monuments de pierres fougerais ont très bien pu servir de sépultures collectives où furent déposés les restes de dizaines, voire de centaines de personnes ; toutefois la modestie des tombes invite à limiter le nombre de corps déposés. Les quelques découvertes archéologiques faites tant dans la Pierre Courcoulée que dans la Pierre du Trésor iraient d’ailleurs en ce sens. Ainsi les « anneaux bretons » découverts dans la première pourraient être considérés comme du mobilier funéraire, dépôts pour le ou les défunts. De même, les débris de céramique de la Pierre du Trésor, à condition de revoir leur datation, pourraient être mis en relation avec des vases à vocation funéraire (offrandes au moment du placement du corps ou après, lors de cérémonies cultuelles).














La monumentalité des mégalithes implique une forte visibilité dans le paysage de l’époque. En effet, si aujourd’hui ils sont cernés par les arbres, il faut imaginer un tout autre paysage à la fin du Néolithique, où les clairières alternaient avec les bois et les zones cultivées. La Pierre du Trésor comme la Pierre Courcoulée étaient au centre d’un espace déboisé. De plus, ces dolmens devaient à l’origine être recouverts d’un tertre fait de terre, mais aussi de pierres et probablement de bois. Pour ériger ce dernier et plus encore pour transporter les pierres, les hommes avaient dû défricher les bois. La visibilité avait aussi une vocation sociale. Sans être située sur le sommet de la forêt de Fougères, la Pierre du Trésor se trouve sur une hauteur, quant à la Pierre Courcoulée, elle est légèrement en pente douce, donc plutôt en situation supérieure. Leur visibilité devait avoir un double rôle. Au quotidien, les vivants qui habitaient autour voyaient de loin les tertres, et on ne peut exclure une forme d’émulation, de concurrence avec les communautés voisines.











               Sur l'un des points hauts de la forêt de Fougères, la Pierre du Trésor devait protéger
le corps et le souvenir des principaux membres dela communauté; elle était aussi disposée pour
être vue par les autres personnes de cette même communauté et probablement par les  membres
des autres groupes qui devaient périodiquement sillonner le  territoire du groupe qui a construit
la Pierre du Trésor.
                                                                                                                                   (cl. J. Bachelier)



       La construction de ces mégalithes avait enfin une forte implication sociale. Il faut tout d’abord souligner qu’en fonction de la destination de ces tombes monumentales leur implication était différente. Si elles n’abritaient qu’un seul homme ou qu’un seul groupe familial, alors il faut convenir qu’ils formaient l’élite. De récentes études insistent sur le rôle des mégalithes dans la manifestation des inégalités sociales. Mais s’ils avaient vocation à accueillir des dizaines, voire des centaines de corps, ce qui était apparemment le cas à la fin du Néolithique, alors cette fois-ci, il faut imaginer qu’ils avaient un rôle de cohésion pour la communauté. Le développement de pratiques funéraires de plus en plus complexes (dépôts rituels avec parures ou vases) allait de pair avec l’ouverture plus ou moins régulière du caveau pour placer les nouveaux défunts, qui étaient autant d’occasion de cérémonies réunissant les membres de la communauté. Les vivants rendaient visite aux morts.











     L’érection des mégalithes impliquait aussi de mobiliser des groupes pour le transport des pierres et leur érection, la construction du tertre, ce qui implique une hiérarchisation de la communauté. Les monuments étaient faits pour l’élite mais pas par elle, il devait donc exister un certain contrôle social, des moyens de coercition ou plutôt un système de croyances qui faisait que la foule des humbles acceptait une telle débauche d’énergie en échange probablement de promesses de récoltes abondantes et/ou de protection.










   Pour conclure,  il faut reconnaître que, malgré les hypothèses précédentes et les avancées de la recherche, une large part de l’explication de ces monuments  restera à jamais inconnue. Il n’y a pas d’écrit et le système de croyances auquel les mégalithes étaient rattachés a complètement disparu, ce qui ne veut pas dire que ces monuments doivent connaître le même sort, c'est un patrimoine à préserver et mettre en valeur.



                                                                                                          Julien Bachelier














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.