jeudi 20 décembre 2012

LE TRESOR DE SAINT-MARC-LE-BLANC au Musée des Thermes de Cluny

                         UN   TRESOR  ENIGMATIQUE        

 
 
 
 

 Trésor de Saint-Marc-le-Blanc. Musée National des Thermes de Cluny.
(Clichés:J.M. Gallais.)



        Comme dans  la légende...

       En 1854, un agriculteur du village de la Maison Neuve, en Saint-Marc-le-Blanc, près de Saint-Brice-en-Coglès, fait une découverte originale dans une haie : un vase d'argile renfermant plusieurs pièces d'orfèvrerie celte : bracelets, anneaux, bagues en or et quelques lingots.


 Bracelet lisse, à  quadruple révolution,185gr. âge du Fer.


 
 
        Certains  bijoux ont disparu mais neuf sont exposés au Musée National du Moyen Age, dans les Thermes de Cluny (Paris Vè) et, comme bon nombre d'objets de cette période, ils gardent une bonne part de leur mystère. Ils voisinent avec une chaîne en or découverte en 1843 dans le tumulus funéraire d'un prince-guerrier en forêt de Carnoët, près de Quimperlé, et avec une parure torsadée, plus ancienne que celle de Saint-Marc-le-Blanc, trouvée à Cesson.  


       Si  les anneaux appartiennent à la période du Bronze final (vers 1200-800 av. JC), les autres parures semblent remonter au VIè siècle avant notre ère. Les plus anciennes présentent un dessin simple, tandis que les dernières sont souvent torsadées, ornées de filets guillochés, plus affinées. Les archéologues y ont vu des analogies avec les objets d'orfèvrerie de la même époque fabriqués au nord-ouest de la Péninsule Ibérique (Galice, Asturies...)
    Leur présence à Saint-Marc -le-Blanc pose la question de leur origine: l' idée de l'existence d'ateliers bronziers à Saint-Marc est acceptée:  près du lieu-dit le Plessis,  on a découvert en 1861  des fragments d'armes,de haches de bronze,de glaives, des  pièces de moule,des scories de charbon.... L'archéologue Danjou de la Garenne  a fait  le même  constat, sur le site de Mont-Baron, à l'orée de la forêt de Fougères en Saint-Germain-en -Coglès où il a relevé en 1871 une centaine de petites haches de bronze,  une pièce de moule, des scories métalliques, des traces de charbon. L'existence d'un travail de l'or sur place, où le métal faisait défaut , n'est pas encore fondée. 


     
 


 
                      Collier à triple torsade, âge du Fer, et bracelet
                                             ouvré de chevrons.
 
 
 
    Ces créations nous disent la maîtrise des arts du feu chez les Celtes, pratique magique en connivence avec la nature, captation des énergies secrètes de la Terre. Elles parlent un langage dont nous n'avons pas les clés, bien que de nombreuses tentatives de lecture aient été ébauchées, notamment à partir des quatre cônes de l'âge du Bronze, comme celui d'Aventon (musée de Saint-Germain-en Laye) et celui de Berlin.
    Déposées dans la nature, loin des sites d'exploitation ou des sépultures, ces oeuvres  ont pu s'inscrire dans un rituel d'offrande et de conciliation. Marques d'un savoir-faire relié à l'absolu, elles ont gardé, au delà des siècles, leur charge d'immatérialité.



 Torsade découverte à Cesson, début du Bronze final.

 
        Si travaillés qu'ils soient et si exceptionnelle qu'ait été leur découverte fortuite, ces objets n'égalent pas le raffinement de la tasse en or de Paimpont (1880), décorée d'une frise de canards très stylisés et de motifs en spirale sans doute solaires (vers 1250 av), déposée au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, visible d'un clic sur ce lien: 

                            
                                               Jean-Paul Gallais
       Droits réservés, Société d' Archéologie
 
      Clichés: J-M .Gallais. DR.
               
     Sources et bibliographie :
              - Musée national du Moyen Age, Thermes de Cluny, Ed 2003.          
             - Musée  des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, éd.2004.


             - Eluère Christiane, L'art des Celtes, Cit.et Mazenod, 2004.
             - Duval Paul-Marie, Les Celtes, Gallimard, l'Univers des Formes,2009.
             - Bulletin Société Achéologique d'Ille-et-Vilaine, IX et XIII.







            



















 
                   

 

 



 
 

samedi 1 décembre 2012

UNE FERME GAULOISE A ST-SAUVEUR -DES-LANDES,SITE de PLAISANCE





 

 
A Plaisance en St-Sauveur-des-Landes :
un site gaulois
(IIIème siècle à Ier siècle avant J.C.)
 

 

     De juillet à novembre 2012, l'INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) a réalisé un important chantier de fouilles dans la ZAC de Plaisance. Au plus fort de l'activité, 17 archéologues ont été présents.


Une partie du champ de fouilles préventives de Plaisance.
 
 

        Des premiers sondages avaient identifié un site gaulois, une occupation médiévale et la présence d'un cours d'eau avec passage à gué. Conformément à la loi, Fougères Communauté, porteur du projet d'aménagement a pris en charge les coûts du chantier de fouilles qui représente 2,5 hectares, sur les 32 hectares de la zone.

 
     Plaisance est un lieu très humide, à moins d'un mètre de la nappe phréatique. Malgré cela et disséminés sur le site, plusieurs puits ont été mis à jours. Il s'agit de trous d'1,50 m de profondeur avec présence de quelques pierres servant de margelle pour faciliter le puisage.

 Excavations à fleur d'eau ( cliché V. Lotton ).


 
     Le choix du site reste une énigme : pourquoi des hommes se sont installés ici, en un lieu aussi détrempé, aussi inhospitalier ?
 
      Des suppositions peuvent être échafaudées dans toutes les directions : pisciculture, céréales, chanvre, élevage et tannage des peaux  … ? Tout peut donc être imaginé, mais seules les traces, les indices, les preuves matérielles sont prises en compte.

    Si l'humidité du sol a permis la conservation de bois et poteries, l'acidité de l'arène granitique a fait disparaître toute trace de métaux ou ossements. Les éléments recueillis permettent de situer la présence humaine pendant trois siècles, soit entre le 2ème siècle et le 1er siècle avant J-C. La fin d'une époque marquée par l'arrivée des Romains (au milieu du 1er siècle). Cette romanisation s'accompagne d'une réorganisation spatiale avec éradication du maillage gaulois. Les fermes gauloises, nombreuses dans la région, sont alors été désertées.




     

 
 
 Détail (cliché P. Bouyer.)

Mme Sicard, archéologue
 de l'INRAP responsable 
 du  chantier, présente la sole d'un four à pain.
(cliché V. Lotton.)




                                  
                  
 
     Un premier décapage a mis à jour un plan simplifié : plan quadrangulaire de ferme gauloise avec façades rectilignes et entouré de fossés dont les plus grands font 3 mètres de large pour 2 mètres de profondeur et sont bordés de talus. Il existe également un réseau secondaire de fossés moins profonds. Ces deux enclos concentriques délimitent un espace d'une surface d'un hectare et demi, ce qui est très supérieur aux enclos des fermes de cette époque dont la surface est de 3000 à 5000 m². L'enclos est parcouru de nombreux fossés secondaires créés pour assainir le lieu.

 

   A l'intérieur de cet enclos les fondations de l'habitation ont été mises à jour. La maison est importante également : 60 m² sachant qu'habituellement on est plus sur une surface de 30 m². Les traces de bois permettent également de penser que la maison disposait d'un étage et les murs faits de planches et aux angles arrondis, dont la partie basse était enterrée dans une tranchée. Cette maison pouvait être occupée par une famille élargie : la famille nucléaire ainsi que les grands parents et d'autres personnes, soit dix à vingt personnes.
 


 Charpente fictive permettant de visualiser la surface de la maison (cl. Pierre Bouyer)
 

      Dans l'enclos, il existe également des bâtiments annexes ou des activités étaient pratiquées : métallurgie, céramique. La ferme vivait en semi autarcie. Il existait pourtant des échanges avec l'extérieur, pour preuve un morceau d'amphore provenant du sud de la France. Localement, la poterie fabriquée était à destination de la cuisine ou du stockage des céréales.

      Les quelques scories de fer retrouvées permettent de penser qu'il y avait une petite pratique métallurgique : réparation d'outils ou ferrage de chevaux ?
     La découverte de nombreux lieux de stockage de céréales greniers et silos confirme bien la culture de céréales (blé, orge, épeautre), source de l'alimentation. Les silos des trous creusés dans le sol et tapissés intérieurement d'argile. Ils permettent de conserver des céréales d'une saison à l'autre, soit pour l'alimentation, soit pour les semailles.L'alimentation à base de céréales est attestée par la présence de nombreuses meules rotatives ou va-et-vient. La transition de la meule va-et-vient à la meule rotative s'effectue au 2ème siècle av JC.
 

 Meule brisée.(Cl. Pierre Bouyer.)
 

      La céramique est très présente sur le site. Chaque jour de fouilles, ce sont des kilos de poteries qui sont extraits. Plusieurs dizaines de vases et petits pots  ont étés retrouvés entiers. Le décor est simple : il se résume à des incisions, des formes de chevrons, des cannelures. La plupart sont fabriqués sur place ; quelques pièces ont été importées. Des jattes ont même gardé des traces de cuisson. Le tour de potier est plus tardif. La plus grande quantité des poteries est monté du colombin. Parmi les objets domestiques retrouvés à proximité de l'habitation principale, il faut noter les fusaïoles utilisées pour filer la laine sur les quenouilles.


Céramique locale (cl. Pierre Bouyer).
 
     Compte tenu de l'importance du site, les archéologues auraient souhaité disposer de davantage de temps, mais le contrat de la fouille doit respecter un calendrier. A l'issue du chantier, les zones sont "purgées" à la pelleteuse.

    Dans un premier temps un rapport de fouilles sera dressé puis dans un second temps et après des études plus poussées, un rapport archéologique sera publié.
Les outils d'étude sont nombreux et adaptés aux différents supports : étude et datation des céramiques au carbone 14, étude des pollens, des bois par la dendrochronologie (étude des cernes de bois), recoupement des cartes de prélèvements etc.

                                                            Bernard Chevallier



      Une  présentation  complète des  fouilles de Plaisance  sera    publiée dans le no 11de la revue "Entre  Everre et Minette."

          Clichés: droits réservés.


     Découverte récente  de l'INRAP: une vaste villa gallo-romaine  à Noyal-Chatillon-sur-Seiche, près de Rennes, pourvue de thermes de luxe.

Reportage-video possible en cliquant sur ce lien:

 http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Audiovisuels/Reportages-videos/Reportages-2012/p-14987-Une-villa-gallo-romaine-en-Bretagne.htm

lundi 26 novembre 2012

FADHMA AMROUCHE, poétesse kabyle au pays de Fougères

Fadhma Amrouche,
de la Kabylie au pays de Fougères


     Quelle meilleure image que celle de l’arche entre deux mondes pour esquisser le mystère de cette femme, frontière entre le monde algérien et celui de laFrance ! Femme hors du commun qui ne cessa de recueillir les chants d’exil et les poèmes de son pays et qui finit par séjourner à l’hôpital de Saint-Brice-en-Coglès, près de Fougères, veillée par les Sœurs de la Sagesse, du 6 août 1965 au 25 février 1966, puis du 4 au 9 juillet 1967. L’ancrage breton de cette femme kabyle s’exprime à travers sa tombe au cimetière de Baillé où onpeut déchiffrer la date de sa mort, le 9 juillet 1967. Son employée, de Baillé, Fernande Simon s’était mise, à Paris, au service de Fadhma et de sa fille Marguerite Taos.



Fadhma Aït-Amrouche avec sa fille Taos
en Bretagne, 1966.




      Une vie d’exil


    Née en Kabylie en 1882, Fadhma connut une vie itinérante de village en village, puis elle rejoint Tunis et franchira la rive de la Méditerranée pour vivre à Paris. De cette vie écartelée, elle réunira les fragments dans des mémoires posthumes, Histoire de ma vie, d’abord parue aux éditions Maspéro en 1968, puis rééditée à la Découverte en 1991. Kateb Yacine, poète aujourd’hui disparu, devait rendre hommage à cette figure lors de sa disparition : « Je te salue Fadhma, jeune fille de ma tribu, pour nous tu n’es pas morte ! On te lira dans les douars, on te lira dans les lycées, nous ferons tout pour qu’on te lise ! »


      Une existence exposée aux difficultés et à l’hostilité


      Dans ses mémoires, Fadhma évoque ses parents : sa mère est originaire de Tizi Hibel ; son père ne voulut pas la reconnaître; elle-même n’eut pas de souvenir de son père. Sa mère, enceinte d’un homme qui l’aimait et qu’elle aimait, se heurta aux mœurs terribles des Kabyles : « Quand une femme a fauté, il faut qu’elle disparaisse, qu’on ne la voie plus, que la honte n’entache pas sa famille… » Tout est dit dans ces expressions lapidaires.

      Les conditions de vie sont exigeantes, voire hostiles : elle lave, carde, peint, file et tisse la laine. Elle laboure ses champs et cueille ses figues, ses raisins, ses olives. Fadhma est confiée alors aux Sœurs Blanches des ouadhias et ne cessera de rencontrer des prêtres et des religieuses.


      Elle est accueillie à l’école de Taddert-ou- Fella, également orphelinat, honorée par la visite de Emile Combes et de Jules Ferry. Fadhma est ensuite admise à l’hôpital des Aïth-Manegueleth comme pensionnaire, au service des malades. Une demande en mariage, celle de Belkacem Amrouche s’offre à elle. Le baptême et la cérémonie du mariage se déroulent en même temps , Fadhma abandonne l’Islam pour se convertir à la religion chrétienne, ce qui lui attire l’hostilité des musulmans qui l’entourent. Fadhma est alors berbère et chrétienne.



Fadhma en Kabylie,à 18 ans, avec son fils aîné Mohand Saïd.



      Une longue plainte chantée dans ses poèmes


    Fadhma eut la douleur de voir partir cinq de ses fils, sur les sept enfants mis au monde, bercés et pleurés. Dans un de ses poèmes composés afin de soulager sa peine, elle se livre à son improvisation, dans sa langue maternelle. Elle rejoint le fil avec les aèdes, « les clairchantants inconnus. »


« Je suis comme l’aigle blessé

L’aigle blessé entre les ailes

Tous ses enfants se sont envolés. »


    Belkhacem, son mari, obtient une place aux Chemins de Fer de Constantine, puis rejoint la ville de Tunis. Le couple déménage et connaît ce qu’on appelle l’exil.


Fadhma Aït-Amrouche (cl N. Treatt) avec
l'autorisation de Laurence Bourdil pour Le Pays n.102.



     Deux enfants écrivains et passeurs de littérature


     Jean Amrouche est indéniablement le grand intellectuel de cette période. Il donne une audience à des écrivains, comme Claudel, Gide et Mauriac, à travers des entretiens radiophoniques. Il est ainsi à l’origine des questionnements qui se développeront à la télévision. Ces interviews ont été éditées dans la série des 33 tours. Il serait bon qu’ils soient repris en CD. Jean prend position pur l’indépendance de l’Algérie.

    Sa sœur Marguerite Taos est la première femme algérienne à publier un roman. Elle recueille les chants et proverbes connus par sa mère qu’elle traduit dans « Grain magique » (Maspéro).
L’un des meilleurs connaisseurs de Jean Amrouche est Réjane Le Baut et on doit l’édition des œuvres en France de Marguerite Taos à Joëlle Losfield.

    Depuis le 8 juillet 2007, jour de l'hommage rendu par la Coordination des Berbères de France, des rencontres répétées ont lieu entre l’ACEB (Association Culturelle des Berbères de Bretagne) et le Coglais. Puisse une modeste tombe de granit, à Baillé, conduire à l’œuvre de Fadhma Amrouche.

                                              Daniel Heudré


  
          Plusieurs vidéos consacrées à Fadhma Amrouche, Jean et  Taos       Amrouche sont proposées sur la toile:
 
AutoPlay
 


 

 

 

           

lundi 19 novembre 2012

JULIEN MAUNOIR à FOUGERES et à LA CHAPELLE -JANSON


 Julien Maunoir prêche la mission
 à Fougères (1662 et 1666 )
 et à La Chapelle- Janson (1661)

Eglise  St-Léonard et chapelle St-Nicolas, gravure XIXe,
 Médiathèque Fougères-Communauté.D.R.

 
      Lorsque le Père Maunoir arrive au Pays de Fougères, la foi semble bien fragilisée, les structures sociales et religieuses ont été mises à mal par les terribles épidémies de peste. L’ignorance et l’indifférence religieuse se sont étendues.

       Comme on l'a vu précédemment, les missions suscitaient des affluences inimaginables aujourd’hui. En 1662, lorsque le Père Maunoir prêche sa mission à Fougères, plus de 40 paroisses viennent en procession, les maisons et les places étant pleines, il faut "camper" ,dans les champs. Le Père Boschet, auteur d'une biographie de Julien Maunoir (1697) écrit: " L'ardeur de se confesser  et de communier pour gagner l'indulgence était telle que plusieurs attendirent deux jours et deux nuits au confessionnal sans prendre de nourriture."  Cet entassement de population causait parfois des maladies graves, ce fut ainsi que « deux des missionnaires du Père Maunoir furent emportés par la fièvre après la mission de Fougères »…morts de la fièvre ou  d’épuisement.
 L'ouvrage du Père Boschet est accessible en cliquant sur ce lien:
    (Mission de Fougères p.244-245)
http://books.google.fr/books?id=nXzN4Kj7zNYC&pg=PA221&lpg=PA221&dq=tr%C3%A9guier+maunoir&source=bl&ots=o6HMAyYOKF&sig=QE5bqKPwqXPE77D9Tp9Jmwpd_bo&hl=fr&sa=X&ei=7e6cUIndIa_I0AW04YGoBg&sqi=2&ved=0CFYQ6AEwBw#v=onepage&q&f=false



 Eglise de la Chapelle-Janson.( cl. M Hodebert)



 
 LA CHAPELLE-JANSON



 
 



 





 
       En 1661, après  les visites de la prison et de l'hôpital de Rennes, Julien Maunoir arrive dans la paroisse de la Chapelle-Janson. Le Père Séjourné, autre biographe de Julien Maunoir(1895), écrit qu’à la Chapelle-Janson, on n’avait pas fait le catéchisme depuis 14 ans lorsque le prédicateur vint y prêcher une mission qui dura cinq semaines.

      A l’époque, sévissait dans la région une secte satanique appelée par les missionnaires les « Iniquités de la Montagne(1) » ; ce culte voué aux forces occultes, mêlé de sorcellerie, se pratiquait dans des réunions nocturnes au cours desquelles le mystère des mauvais sorts attisait les passions.
       De son passage à La Chapelle-Janson, le Père Maunoir lui-même, rapporta, dans un récit assez fantastique, une scène qu’il aurait vécue dans cette paroisse, constatant avec tristesse que « là aussi la secte infernale comptait de nombreux affiliés ». C’est ainsi qu’un petit pâtre de 12 ans qui accompagnait des voisins, fut surpris par la nuit. Arrivés à l’entrée de la forêt, ils y trouvèrent rassemblée une quantité de gens de toutes conditions. Au milieu d’eux siégeait une sorte de trône sur lequel était assis un personnage hideux qui lui demanda de l’adorer. Le pâtre s’y refuse, un inconnu  tire un pistolet de sa poche et l'en menace. Il fait le signe de la croix et la scène s’évanouit. Le lendemain, le petit berger gardait son troupeau lorsqu’un enfant d’une grande beauté descendit du ciel sous ses yeux et le félicita pour sa conduite de la veille... 
          Cette mission  est rappelée dans la belle église de La Chapelle-Janson par une fresque peinte par l'artiste Louis Garin en 1959.




Prédication du Bienheureux Julien Maunoir en la paroisse de La Chapelle-Janson
 Mission de 1661. Fresque de L.Garin (1888-1959 ).L'étendard qu'il brandit
 représente saint Michel  terrassant le démon, l'un de ses sujets favoris.
 

      Julien Maunoir revient prêcher dans son pays à St-Georges-de-Reintembault et à Fougères en 1666  et pour la quatrième fois  à St-Georges en 1681.  Il s'éteint à l'âge de 77 ans le 28 janvier1683, alors qu'il préparait la mission de Plévin (Côtes d'Armor) où il repose.
        Depuis trois cents ans, on se recueille sur la dalle qui marque l'emplacement de son tombeau  près du choeur dans l'église de Plévin et on invoque la statue de l'apôtre en prière.



Mort du Père Maunoir, atelier G. Léglise, 1926.


       Dès 1687, les Etats de Bretagne, réunis à Vitré, demandent aux  évêques bretons d'instruire le procès de béatification de Julien Maunoir, procès longtemps différé ; la cause  n'est retenue par Rome qu'en 1875. La béatification  est enfin proclamée par Pie XII  en 1951 et solennellement fêtée  en Bretagne .




Eglise de St-Georges-de-Reintembault, Vitrail de la chapelle du
 Père Maunoir, XXe.Sur l'autel se dresse la statue du prédicateur.

 
 Texte: Marcel Hodebert
Clichés : Jean-Paul Gallais.

DR




(I) Iniquités de la Montagne: expression empruntée à Bède le Vénérable désignant les oeuvres du      démon in Séjourné X-A, Histoire du vénérable serviteur de Dieu, Julien Maunoir, chapitre XVIII, Oudin, 1895.


 
 
 
 
 
 
 

samedi 10 novembre 2012

LES 439 MISSIONS DE JULIEN MAUNOIR

JULIEN MAUNOIR,
LE CHAMPION DE LA CONVERSION



Julien Maunoir prêche la mission à Plévin, église de Plévin,
Atelier G.Léglise,1926.
 
   L'ENVOI  EN MISSION

      Après une année de probation(1640) à Rouen pendant laquelle  il assure déjà plusieurs missions, Julien Maunoir est affecté à Quimper, alors que le Canada, nouvelle terre à évangéliser, semblait la destination  la plus probable. Cette nomination est conforme à ses souhaits car il avait fait le voeu d'évangéliser la Bretagne, après avoir été miraculeusement guéri de la gangrène en 1637. Cette  conviction d'avoir été un "miraculé" a pu renforcer sa vision de l'action divine dans le destin des croyants : dans ses rapports de missions, Julien Maunoir voit des miracles partout... Il  avait aussi promis à Michel Le Nobletz, prédicateur breton passionné, de continuer son oeuvre de reprise en main. L'implantation du catholicisme en Bretagne  est très forte : les saints bretons ont combattu le paganisme et, au cours des  siècles précédents, saint Vincent Ferrier (XVe) et les frères prêcheurs ont beaucoup semé  mais l'ignorance, les superstitions et les pratiques occultes ont reconquis l'espace. Ce sont les cibles de Julien Maunoir.

      C'est alors le début de 43 années de pérégrinations incessantes qui le conduisent à  parcourir les évêchés  bretons, à instruire et convertir les villes, les îles, les paroisses rurales, les prisons... et à revenir consolider l'édifice. Chaque année,  il assure  entre huit et dix missions, en fonction des distances, or la mission dure  trois ou quatre semaines. De cet infatigable apostolat, de cette énergie presque supranaturelle, les cahiers (1631-1650) du Journal  latin des  missions, rédigé par le Père Maunoir et destiné au supérieur général des Jésuites rendent bien compte, même si la version intégrale  n'existe plus.

     Julien Maunoir part sur les chemins avec, dans les premières années,  le père Bernard qui, à 56 ans, apprend un peu de breton et accepte l'aventure itinérante et des conditions de vie plus que spartiates.. Les missionnaires jésuites partaient évangéliser par groupes de deux ; au fil du temps, l'encadrement s'étoffe. La Basse-Bretagne est littéralement quadrillée.

  JULIEN MAUNOIR  AU PAYS DE FOUGERES

     La  Haute-Bretagne n'est pas oubliée : Julien Maunoir revient prêcher la mission à quatre reprises dans son pays natal à Saint-Georges-de-Reintembault  en 1648,1662,1666,1681. En 1648, il est aussi présent à Mellé, Monthault, Louvigné-du-Désert ; en 1661, on l'entend à La Chapelle-Janson, La Guerche-de-Bretagne, à la prison et à l'hôpital de Rennes. L'année 1662, il revient prêcher  à Saint-Georges et à Fougères. En 1666, on le revoit  à  Saint-Georges et à Fougères, il se rend aussi à La Boussac près de Dol ; il est à nouveau chez lui, à Saint-Georges, en 1681 et il assume  plusieurs missions près de Rennes.


Julien Maunoir,"An Tad Mad"(le bon Père) église de Plévin.
 


 DES MISSIONS DE CHOC

               Les missions sont un temps fort spirituel ; on y  fait apprendre la religion et c'est une nouveauté... Une part importante de  la population rurale bretonne  n'a jamais été scolarisée.
        Julien Maunoir a-t-il utilisé les cartes parcheminées ou tableaux peints, les "taolennou", conçus par Michel le Nobletz, illustrant de façon naïve les vertus et les vices et les chemins de Paradis? Ce n'est pas une certitude, bien que plusieurs représentations artistiques le montrent  tenant en main ou expliquant ces tableaux, par exemple le vitrail  de l'église de Mûr-de-Bretagne.  Toujours est-il qu'il n'en mentionne pas l'usage. 


 
 Cathédrale Saint Tugdual de Tréguier, vitrail de la Vigne Mystique (détail), oeuvre de Hubert de Sainte-Marie, Quintin,1968. Au centre de la composition, Saint Yves
 avec le fléau de la Justice et, à droite, le Bienheureux Maunoir,
présentant un "taolennou".
 
 
    Grande innovation : il institue la leçon de catéchisme   incluant la récitation de prières et de chants : lui-même a rédigé en 1659 un catéchisme en breton très simple, avec les articles de foi essentiels et de nombreuses mises en garde contre le démon, thème obsessionnel.


 
      Et surtout Julien Maunoir  est le spécialiste du cantique : plusieurs livrets de cantiques publiés à partir de 1641 ont connu  un vrai succès. Certains s'inspirent de  mélodies populaires. Il  s'étonne d'ailleurs dans son Journal  de l'engouement qu' ils suscitent dès les premières missions et de leur efficacité pédagogique, ainsi sur l'île  d'Ouessant en 1641 : " Nous nous mettons à chanter en vers bretons des cantiques qui renfermaient  notre enseignement. Sur terre et sur mer, tout le monde fut charmé de cette nouveauté..."

  LA FORCE DU VERBE ET LA CHASSE AUX SORCIERS

      Autre moment privilégié : la  prédication.  Les sermons ,  trois par jour, ressassent des thèmes favoris : les pièges du démon, la peur de la mort,si présente dans la culture bretonne, la damnation, les supplices de l'Enfer. Et il faut croire que notre missionnaire savait épouvanter et convaincre quand on imagine les effusions de larmes (Lannévez, 1642) et les milliers de confessions indiqués dans ses rapports.
   Julien Maunoir appelle constamment son auditoire au redressement des moeurs : il exige le respect des églises qui à l'époque servent, à l'occasion, de salles des fêtes et abritent beaucoup d'abus : beuveries, veillées dansantes, accouplements, déjections... Curieusement, les danses, partie intégrante de la culture locale, sont suspectes, complices du diable,d'autant plus que les jeunes les préfèrent aux  sermons fâcheux, comme à Saint-Mayeux (1646) ou à Plougastel-Daoulas. Les musiciens provocateurs sont maudits.
       Devant une telle stature et une telle aura, les démons  cessent de harceler leurs victimes et prennent  la fuite, c'est le grand leitmotiv du Journal, les jeteurs de sort sont démasqués, les sortilèges anéantis, les  sabbats  confondus, les rites superstitieux interdits. Julien Maunoir apparaît comme le spécialiste de l'exorcisme,  il pratique d'ailleurs le manuel des Inquisiteurs Le marteau des sorcières que lui a donné Michel Le Nobletz.
    Le temps de la mission, c'est toujours  une irruption du merveilleux :  apparitions célestes et miracles se produisent : les paralytiques marchent (Quimper,1643) les malades guérissent, les muets retrouvent la parole, les sourds entendent, les aveugles voient(Ouessant, 1641)...


 Miracle de Julien Maunoir, église de Plévin,
Atelier G. Léglise,1926



 
  JULIEN  MAUNOIR, LE GENIE DE LA MISE EN SCENE


       Chaque mission se termine en beauté : c'est la procession liturgique, toujours grandiose, spectaculaire, bien en phase avec la  spiritualité de l'émotion voulue par le Concile de Trente.
    Julien Maunoir décrit par le détail dans son Journal des missions quelques-unes de ses  trouvailles liturgiques : sur un fond de cantique " infernal" de son invention, deux anges juchés sur un théâtre interrogent un groupe de damnés  dissimulés dans les profondeurs sur les supplices qu'ils subissent et leurs remords sans fin... Des scènes d'épouvante dignes  des  fresques de l'Enfer de Kernascléden...


 Kernascléden, hymnes des anges musiciens.


  Pour avoir un aperçu des tourments de l'Enfer de Kernascléden, cliquer sur ce lien et faire défiler les  clichés:
http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mdp-etudes_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=EDIF&VALUE_98=Chapelle%20Notre-Dame-de-Kernascl%E9den&DOM=All&REL_SPECIFIC=1
 
   Les processions costumées sont ouvertes par les arquebusiers ; suivent  les Patriarches, les Prophètes et les Sybilles, les Apôtres avec les insignes de leur martyre comme  les statues familières des porches des églises bretonnes, les  Docteurs de l'Eglise, parfois les martyrs, les saints bretons de nos villages ; des cohortes de jeunes femmes en robe blanche , portant le voile des novices, précèdent le clergé  qui porte  le Saint-Sacrement et conduit le peuple en marche...
 
     Tout au long du parcours, on représente des tableaux vivants inspirés des Mystères médiévaux et des Vies de Saints bretons : on joue  des scènes de l'Ancien Testament et de l'Evangile, l'Annonciation, l'Adoration des bergers et des Mages,  puis "s'avance la foule écarlate des Innocents avec leur mère en habits de deuil..." (Journal, année 1645)
   Et les stations de la Passion sont  revécues ; les acteurs  sont les habitants  mobilisés et entraînés par les prédicateurs, dont le nombre grossit, pendant deux ou trois semaines. La procession de clôture, c'est vraiment une appropriation physique et mentale du message dans une communion générale. Les acteurs  vivent leur rôle, s'effondrent comme le Christ, les filles de Jérusalem gémissent et pleurent et la foule en fait autant... (missions de 1645, Landerneau, Logonna, Roscanvel, Bénodet...). Les enfants qui jouent  dans les stations donnent à leurs parents le désir de s'instruire et le pari spirituel est gagné!
 
      On accourt de loin pour voir, pour  trembler, pour prier et chanter  les cantiques en choeurs alternés, au milieu des oriflammes... Par une sorte d'élan communicatif, la mission et plus encore la procession déplacent toujours des milliers de fidèles : quand Julien Maunoir tente d'estimer le nombre de personnes touchées par son enseignement, les milliers s'envolent, les chiffres se mettent à danser...
 

 
   PERIPETIES DE MISSIONS

        Une telle conquête des paroisses et des coeurs ne  se  passe pas sans revers ; elle soulève parfois l'hostilité des recteurs, les railleries, la résistance organisée, les calomnies. Des esprits malveillants détournent les foules, font  passer les prédicateurs pour des  sorciers, les  accusent d'envoûter les enfants. Les cantiques fredonnés sur des airs populaires légers se retournent contre leurs auteurs,accusés de frivolité.L'interdiction des danses nocturnes inspire de nombreuses provocations : à Mur-de-Bretagne, des musiciens viennent sonner pendant le sermon et font danser la jeunesse dans l'église. La parade des jeunes filles à la procession finale fait scandale. Intrigues, guet-apens, tentative d'empoisonnement, rien n'arrête jamais l'élan du père Maunoir et des autres missionnaires... Mais une fois les prêcheurs partis et la mission finie, les anciennes pratiques, les superstitions, les faiblesses regagnent de l'espace : il faut toujours consolider, remmailler les filets , ce qui explique  ces missions à répétition en Basse-Bretagne  et le relais des  missionnaires lazaristes, très présents en Haute-Bretagne, secondés par les séculiers acquis à la cause.Quant à certaines contrées, elles restent  longtemps hostiles et fermées à la vague missionnaire. 
      Et puis l 'Histoire s'embrouille: à partir de 1675, les révoltes bretonnes éclatent , Papier Timbré et Bonnets Rouges, les villes   s'embrasent, le pouvoir est défié: la répression est impitoyable. Le duc de Chaulnes, gouverneur de Bretagne, sollicite l'aide de Julien Maunoir pour  raisonner les consciences : ce sont les missions dites "militaires". Avait-on alors le choix?





     Le discours de Julien Maunoir peut paraître radical, presque manichéen,il s'inscrit dans  le courant de  la Réforme catholique au XVIIe  et traduit le souci  doctrinal et pastoral de l'Eglise, une volonté d'implantation missionnaire qui a  sublimé les énergies et fait des héros et des saints;  certes les  armes de la  conversion -la culpabilité, la crainte, la beauté des cérémonies, le merveilleux chrétien - qui visent un public simple et souvent démuni  passent pour  rudimentaires  mais la conscience de servir  et d'éléver les coeurs reste  exemplaire.
 
                                        Jean-Paul Gallais

                                                     Clichés: auteur.




  Sources:
       -   Eric Lebec, Miracles et sabbats, Journal du Père Maunoir.Missions en Bretagne,1631-1650, traduit  du latin par Anne-Sophie et Jérôme Cras,Paris,1997.

        - Alain Croix, L'âge d'or de la Bretagne 1532- 1675.  Editions Ouest-France               université,1993.

       - Fanch Morvannou, Julien Maunoir: missionnaire en  Bretagne, Tome I     éd. Auteur.


Autorisation de reproduction : Société d'Histoire et d'Archéologie 

 A suivre:III)Julien Maunoir à Fougères et à la Chapelle-Janson.